Un nuage dans un verre d’eau en salles

Sélectionné en compétition officielle au festival international du film de Rotterdam en 2012, ainsi qu’au Festival du Nouveau Cinema (hors-compétition), le long métrage de Srinath Samarasinghe mettant en vedette Gamil Ratib (Lawrence of Arabia) et  Anamaria Marinca (4 mois, 3 semaines et 2 jours) sortira en salles le 24 mai au cinéma Beaubien à Montréal, ainsi qu’au cinéma Le Clap à Québec.

Monsieur Noun, octogénaire solitaire, fut autrefois projectionniste en Égypte. Anna, d’origine roumaine, est une prostituée fragile sous influence. Les deux voisins partagent joies et peines dans un immeuble parisien. Ils sont filmés par le petit-fils de monsieur Noun, qui refait surface, après quinze ans de silence. Mais, un jour, le vieil homme disparaît… Le cinéma aime depuis toujours les amitiés étonnantes, et ce premier film ne déroge pas à la règle en mettant en scène deux figures que tout oppose. L’univers décrit est souvent oppressant, parfois même glauque. Mais au milieu de toute cette grisaille surgissent d’inattendues touches de fantaisie : diverses techniques d’animation nous font plonger à l’intérieur d’un corps, de la nature ou d’une bande dessinée… Ce « réalisme magique » permet aux personnages de matérialiser leurs pensées les plus farfelues, de raviver leurs souvenirs, d’animer les objets et même… de venger les morts ! À l’image de son titre surréaliste, Un nuage dans un verre d’eau est un véritable ovni, une proposition profondément originale, au mélange de tons aussi improbable que réussi. Entre humour poétique et fantastique inquiétant, le film possède un charme étrange et envoûtant, doublé d’une déclaration d’amour au cinéma où brillent d’attachants comédiens principaux. — Zoé Protat

C’est un rendez-vous!

Publié le